Tu te souviens de moi

Song of Artist Hiripsimé. Check Here the full Lyric of Tu te souviens de moi, a Song of Hiripsimé. Do you want to see more lyrics of Hiripsimé, check the category page with letter H or visit the artist page with all lyrics of Hiripsimé!

Check all Lyrics of Hiripsimé:
  • Homepage
  • >
  • H
  • >
  • Hiripsimé – Tu te souviens de moi

Hiripsimé – Tu te souviens de moi

Salut, tu te souviens de moi ?
On était voisines autrefois,
Quand on se voyait après l’école,
Quand je t’attendais en bas de chez toi
Pour que tu viennes jouer à la marelle
Pour que de l’enfer jusqu’au ciel
Tu me laisses te suivre partout
Dans la rue des sans-le-sou  Dis, mais tu me reconnais pas ?
On était copines autrefois
C’est vrai que c’est loin mais
Non, y’a pas si longtemps que ça
C’est drôle, moi je me souviens de tout,
Même de la couleur des cailloux
Que l’on s’accrochait parfois
Tout autour du cou  Dis, pourquoi tu me reconnais plus
Mais c’est moi, ta jumelle de rue,
Même qu’on me grondait tous les soirs,
Qu’on nous appelait les “sœurs trottoir”
De tout ça, tu te souviens plus ?
Me regarde pas comme une inconnue
Tu as les mêmes yeux que celle
Que je trouvais la plus belle  Dis, tu te souviens de rien ?
Pas même d’un seul de ces dessins
Qu’on se mettait dans les boîtes aux lettres
Pour s’inventer des jours de fête
Ni du facteur, ni de sa tête
Quand on lui piquait sa casquette
On l’appelait “Monsieur Chou-fleur”,
Le facteur du bonheur  Pour que tu viennes jouer à la marelle
Pour que de l’enfer jusqu’au ciel
Tu me laisses te suivre partout
Dans la rue des sans-le-sou  Dis, tu te souviens de moi ?
On était amies autrefois,
Dis-moi maintenant que ça te revient
Dis-moi que c’était pas pour rien,
Je te jure qu’on se connaissait par cœur,
À se consoler pendant des heures,
Jusqu’à ce que nos peurs, les pires,
Explosent en éclats de rire  C’est vrai, comme tu lui ressembles !
Même si tu me reconnaît pas
Non, c’est pas la voix qui tremble,
C’est juste… enfin c’est comme ça
À vivre tout le temps comme par erreur
Je t’ai longtemps cherchée,
Ma sœur  Écoute, je te laisse un numéro
Il faut surtout pas que ça te gêne,
Des fois que tu veuilles prendre un pot,
Des fois que ta mémoire te revienne
Moi, je traîne toujours un peu par là
En tout cas, bonjour chez toi
T’es toujours aussi belle,
Ma jumelle  Pour que tu viennes jouer à la marelle
Pour que de l’enfer jusqu’au ciel
Tu me laisses te suivre partout
Mais laisse-moi te suivre partout ! 

Copyright © lyrics.ph - All rights reserved.